Bartleby et compagnie, ressources

Bref schéma argumentatif

1. Pourquoi faut-il renoncer à écrire ?

a. les mensonges de celui qui se dit créateur

Car tout n’est que copie et travail de copiste. Il n’y a pas assez de développement, et presque aucun changement (1).

Mieux vaut n’être personne (6), être un « zéro à gauche » (5) et n’écrire, tel ce livre, que des notes en bas de pages. (7) Les écrivains sont des escrocs, des charlatans (21), comme un bon poète est un caméléon (38).

Marianna Jung a longtemps été en secret l’auteur des poèmes du Divan de Goethe (83).

 

b. l’impossibilité de la matière littéraire

« Une vie que les mots sont impuissants à exprimer » (34) (42), car la langue est encore inconnue (40). « Ce dont on ne peut pas parler, il faut le taire » (63)

« Il pensait beaucoup. Plus on écrit, moins on pense. » (37)

Les mensonges du nouveau roman (15)

La négation, le renoncement et le mutisme dans leur forme la plus extrême : le 2nde guerre mondiale (35).

Des livres qui ne s’adressent à personne, autant ne pas les écrire (78)

Enfer parfumé de Marcel Manière est une sorte de Don Quichotte de la littérature négative (64)

Le dernier écrivain de l’humanité sera un écrivain négatif (61)

 

c. vivre avec le réel

L’œuvre au cœur de la vie et de la mort chez Marcel Duchamp (12) (20), le ready-made.

Le narrateur du livre est licencié et s’en moque, tel le Bartleby de Melville (29).

Voyager et ne pas l’écrire (45).

Ne rien faire est la chose la plus difficile. Ne travaillez pas, disait Oscar Wilde : « j’ai écrit tant que je ne connaissais pas la vie. » (51)

Cesser d’écrire à la mort de l’être aimé, pour lequel on écrivait (54), et cesser d’aimer comme cesser d’écrire (56).

 

d. la peur du bord du gouffre

Les hallucinations de Rimbaud et Socrate (5). Rêver ses poèmes plutôt que de les écrire (50).

Les nombreuses identités de B. Traven (84). Chercher le point où naissent tous les livres (18).

 

e. le pur refus

Ne pas se marier, refuser, oser dire non (65).

Appauvrissement et « désintérêt total envers la culture » depuis la 2nde guerre mondiale (81).

 

2. Pourquoi faut-il écrire ?

a. raconter les événements

Nourrir la mémoire (8).

La Brautigan Library qui rassemble les manuscrits refusés par les éditeurs (14).

« J’écris pour ne pas être écrit. » (43)

Pourquoi tous les gens n’écrivent pas ? (19), n’écrivent tous ces livres invisibles enfouis en chacun de nous (52).

Écrire pour qu’il soit plus facile de mourir (53).

Admirer un poète pour sa posture de poète (57).

 

b. se servir de la douleur

Pour se soigner, tel De Quincey et l’opium. Ou cette pastiche de Perec : « longtemps, je me suis couché par écrit. » (41)

Ou à la gloire du mal de tête et de la migraine : « sous l’emprise de la douleur, notre esprit peut devenir théâtre », « catastrophe devient danse » (55).

 

c. la folie des grandeurs

Écrire un roman infini ; « Tristram Shandy ne veut pas naître car il ne veut pas mourir. » (72)

Le génie s’occupe du grand, de l’essentiel et du général ; le spécialiste « passe sa vie à expliquer quelque relation particulières de choses entre elles. » Et : « le penseur a entièrement raison. » « Les mauvais livres sont un poison intellectuel. » (70)

 

3. Georges Simenon et son sourire de troll

190 romans et plus d’un millier de nouvelles.

En 1949, il écrit 41 romans.

Il parvient, à force d’entraînement, à écrire un roman en sept jours.

 

Bibliographie

Les textes fondateurs du syndrome de Bartleby

Bartleby (États-Unis, 1853), Herman Melville (1) (44) (71)

Pétrone, nouvelle tirée de Vies imaginaires (France, 1896), Marcel Schwob (44) (46)

Wakefield (États-Unis, 1835), Nathaniel Hawthorne (44) (48)

Histoire d’une histoire inexistante, Antonio Tabucchi (44) (47)

Les autres textes et auteurs

The confidence man (1857), Herman Melville

Watt (1968), Samuel Beckett (2) (49) (17)

Don Quichotte (1605), Cervantès (58)

Adieu (1873), Arthur Rimbaud (39) (3)

Monsieur Teste (1896), Paul Valéry (37)

Enfer parfumé, Marcel Manière (64)

Tristram Shandy (1759), Laurence Stern (72)

Mais encore… En vrac : Marcel Duchamp, Witold Gombrowicz (9) (62) (74), Fernando Pessoa (33), Georges Perec (41), Julien Gracq (69) (77), John Keats (38) (40), Franz Kafka (68), Robert Walser (1), Juan Rolfo (1) (81), Socrate (3), Stendhal (12), Goethe (24), Joseph Joubert, Miguel Torga, Francisco Ferrer Lerín, Felipe Alfau (2), Clément Cadou (9), Jordi Llovet (23), Edmundo de Bettencourt (22), De Quincey (25), Vaché (26), Carlo Diaz Dufoo (fils) (26), Chamfort (27), Felisberto Hernandez (28), Pèpin Bello (30), Enrique Banchs (31), Hoffmannsthal (34), James Joyce (49), J.V. Foix (50), Oscar Wilde (51), Mallarmé (42), Fogwill (43), Michelangelo Antonioni (cinéma) (56), Wittgestein (63), Virgilio Pinera (65), Schopenhauer (70), Carlos Emilio Gadda (72), Derek Walcott (73), Emilio Adolfo Westphalen (75), Klara Whoryzek (78), Thomas Pynchon (79), Giorgio Agamben (81), Guy de Maupassant (82), Marianne Jung (83), B. Traven (84), Tolstoï (86), George Simenon (80), Derain (36) (67)

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.