Deux soleils et un vélo

La foule a quitté les bureaux
La fillette a jeté son cartable

Le policier est à l’ombre
Sous les arcades et le platane

Le pigeon au gravier ramasse un mégot de gitane

Sur le bois lustré des quais déserts
La brise roule une écume dorée
Les bateaux sont partis à la mer
Et la ville est toute essorée    

Pan siffle dans les bouteilles du fleuve éclusées par les rots les insultes à l’eau trouble les bagarres au couteau les chiens qui s’en mêlent et engueulent la lune
Elles se tirent dans la nuit soûle
Dodelinant de la tête
Sur l’autoroute
Au soleil

Le facteur passe dans l’autre sens

Et un gens
Moi
Jean
Balaie les jardins aux fontaines éteintes

Les trottoirs éternuant la glycine

Les ruelles suffocantes

Les escaliers de pierre
De lierre et de vigne

Les allées de métro

Boulevard

Avenue

Je sifflote et balaie

C’est l’anniversaire de Margot

 

mai 2011

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.