Le N

L’ordre
L’empereur
Fringuant haineux
Déploie son vêtement
Sourit à la mort lointaine
L’artillerie ouvre sa gueule
La cavalerie sur l’herbe morte
La chair à canon en première ligne
Leurs yeux perdus sur les monts rouges

Frontière
Les soldats de plomb aux tympans crevés
Face à leurs frères réduits en bouillis
Dans le sang l’acier et les cris
Ils ont enterré leur liberté
Lui ne craint rien
L’empereur
L’ordre
2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.