Y a comme quelque chose pour tout avaler

Les accents graves sur tes lèvres
Et du saint sur ton miel
Avec du rouge sous mes rides
Plus rien marche à l’endroit

Tes yeux ont le mal d’horizon
Avec moi derrière
Au creux de l’écume je crie ton nom
Y a un piano cascade pour taire mes rêves         

J’ai des morceaux de soleil tout sur la gueule
Toi c’est des nuages pour pas me voir
Avec du bruit bien blanc au fond
Du bruit ! qui en pisse un cercueil d’années

Tu cherches comme un tournesol
Toute fanée d’ennui au crépuscule
Avec une clé de scie à ta portée
T’aurais au moins une ligne pour me trouver

J’attends ici et toi ailleurs
Puis j’aime pas trop les coups de lune

Tes yeux ont le mal d’horizon
Ils me cherchent
Je suis déjà derrière les vagues
A l’ombre d’une étoile
.

 

2010

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.