Illustre les lundis-poèmes

#13 – Balthus

Premier contact les yeux de rien les yeux sans lumière
noir
le noyau encore visible de l’humaine fractale
puis un reflet
l’aile blanche de l’oiseau qui s’ébat dans la flaque
le soleil qui s’étend sous la jupe relevée
Esther dans les nuages
et le bâillement de l’été

Au crépuscule s’ombre
le drap du sexe
sous les vents opposés des deux firmaments
et par la fenêtre que nous ne pouvons voir
Esther embrasse une dernière fois
les choses du vide
sans savoir

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.