Âpnée / fragment 3

Elle porte des vêtements toujours défaits, un costume d’homme orgueilleux et détaché, mais ses bras et ses jambes s’y tordent comme dans une camisole, un pyjama de singe.
Prestance en bouts de bois.
Ancienne cabane et ses voiles. Forêt de mâts, cimetière des tentatives.

Elle marche de flaque en flaque, éclabousse tout. Me danse autour…

Je perds mes mots. Plus je t’écris, plus la richesse de mon vocabulaire se réduit lentement à ton nom.
Je continue la destruction de la langue.
À la fin, quelque chose peut-être se produira…

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.