Âpnée / fragment 8

Je crois que les cheveux contiennent la mémoire comme les troncs des arbres, et donc, une microseconde avant de les passer à la tondeuse, j’ai changé d’avis, du rien au tout, décidé de ne plus jamais les couper.
En outre, les cheveux protègent des mauvais sorts et des mauvais gens.
Plus le fait que les cheveux savent se battre (si on les arme et les entraîne un peu, évidemment).
Bref, aujourd’hui j’ai dit que mon nid était mes cheveux, qu’il se trouvait dans la canopée, et que de là-haut je pouvais enfin voir l’emplacement de la pyramide qui crachait son feu d’astéroïdes sur toute la forêt.
Tout le reste du jour et de la nuit, j’ai dessiné un plan sur une feuille de bananier et j’ai fumé de gros cigares de général.

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.