IMG_2480(low)

#33 – La boue

l’étrangleuse est la corde tressée par la terre pour le ciel
où parfois
luit l’instant

tu habites la commissure
l’exacte fin des yeux
où derrière sont les chambres de torture
où le sang bat tambour de feu

la chair est vide
et le vide est de chair

ma peau de tentatives
est sèche comme la mue du serpent sur l’asphalte
s’effrite comme des peaux de cerfs-volants

tu es la boue du monde
et je suis dans ton ciel un affreux en grosses bottes
que je tremble de l’ultime tremblement
les secousses se superposent comme des serpents de verre

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.