IMG_3197(low)

#40 – Le cri

Est seulement beau
l’instant fragile qui précède la brisure
lorsque l’âme est pleine et gonflée du cri
lorsque la peur n’est plus
qu’une perle de cristal opaque
le troisième œil tendu
dans le bec ouvert du corbeau

Que tu t’envoles
et que le vent seul te porte
jusqu’à la fin du cri
Tes bras ne servent à rien
Tes bras sont des petites cuillères à confiture

Et tes yeux qui parlent trop de langues
et tes lèvres qui bercent
la vallée des temples
d’alphabets fossiles et de dieux sans nom
et tes sourires qui trouent
et creusent le monde invisible
et tous les mystères de ton corps étranger
je les ignore
je n’aime que ton cri

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.