imag0881

#52 – Les ailes ne repoussent pas

Trop vite le cœur devient trop lourd pour s’envoler de nouveau. Combien me faudra-t-il d’années pour faire tomber cette ancienne peau gardienne des gestes, des danses sans peur de Shiva, des danses derviches de l’immobile et du mouvement, des danses sans trace ni empreinte ?
La vie semble trop courte pour aimer deux fois.
Comme sur ces anciennes photographies qui réclamaient une patiente exposition pour capturer l’image, ceux qui n’ont fait que passer ont tous disparu, n’apparaissent nulle part. Les lieux sont vides et il ne reste que toi, toi qui as toujours été là, toi au visage figé dans la chambre noire de mes yeux.
L’hiver sera long. La neige a recouvert les secondes. Au sommet du silence, l’edelweiss fleurira des siècles.
Rien ne révélera plus le secret du blanc.

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.