14681467879_2e9f5564c1_k

Pastiche de soleils soupçonnés

tu étais
lame du fleuve
de lumière pure – autrefois
et de cris lourds – maintenant
le blanc sacré
de la morsure des enfants loups
et j’en garde au cœur
un souffle vague

sur le pont de papier
qui n’a tenu que la danse d’une nuit
froissé par la ronde des pieds
nous n’avons rien appris
ni la force de la chute
ni la douceur de l’eau
mais l’encre noire du poisson fou
échouée dans les flots
qui remue encore et se mord
quand moi je danse
entre les fleurs des couteaux

Photographie : http://www.fool-artistic.fr

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.