serpent

#59 – Torsion des pyramides

je dors au cœur du soleil
enseveli sous les draps raides
roi mort sans son royaume et sans suite
au tombeau vide
pillé du peu d’or
du peu d’étoiles du peu de nuits
et sans la vile consolation
l’errance amère et vengeresse
de la malédiction

ces draps tissés de rayons aveuglants
la sueur des voyages insomniaques
y trace une carte
d’une terre plate et sans fin
sans eaux et sans ciel
où mon souffle seul fait encore
quelques reliefs

au cœur de la lumière
sous les fronts qui rient
forcés par la danse des ombres
je suis
les yeux grand ouverts
tel un nœud dans la pierre

Photographie : http://www.fool-artistic.fr

A découvrir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.