Âpnée / fragment 31

La fenêtre est double, et n’y rentre que le monde filtré et n’y sort que le monde réduit.
La fenêtre est double, et me retient où je ne suis pas, où je n’ai jamais été, et me montre où je suis, où je devrais être.
Il faut y mourir.
Briser la chute.

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.