IMG_3964

Âpnée / fragment 39

Le tissu de la nuit est une écharpe noire et blanche. Et Juliette reconnaît son odeur, c’est celle du cou ! Elle exhale comme l’odeur du bois des tonneaux où le vin s’est remué en paroles muettes. Si elle tordait la nuit entre ses mains pour l’essorer, le nectar du plus beau mensonge en coulerait, et Juliette en quelques gouttes rêverait pour toujours, dans une cage invisible et dorée, béate et seule.
Juliette gratterait peut-être ses bras pour y trouver les restes d’une réalité, mais aucun sang ne coulerait, car aussitôt percés, ses bras seraient cousus du blanc du sel du ciel.
Le tissu de la nuit doit se porter avec plus de légèreté que la lune sur le nu.
Sans lumière, c’est un tissu vert, des sangsues, du poison.
Juliette ne reconnaît plus l’odeur.

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.