Âpnée / fragment 58

Il y a des jours où je suis triste sans raison, absolument sans raison, raisonnablement sans raison.
Il y a des jours durant lesquels je mange des muesli au petit-déjeuner, durant lesquels je pars courir une heure le long du fleuve, durant lesquels je mange à midi 150 grammes de pâtes avec une cuillère d’huile d’olive dans laquelle je remue un mélange d’épices fait maison (graines de sésame, thym, persil, ail, origan, piment, sel de céleri, poivre), une tranche de jambon et un peu de parmesan affiné 30 mois minimum, durant lesquels je colorie des mandalas, durant lesquels je regarde une série ou un film tout en faisant des abdos-fessiers, durant lesquels je mange des petits pois au dîner puis prends un bain chaud, durant lesquels je sors ma chienne quatre fois et joue avec elle et cours avec elle et sautille avec elle, et je suis heureuse, durant ces jours-là je suis heureuse, du matin au soir sans interruption, et quelques secondes avant de m’endormir je me dis, tout est calme, et mon souffle est aussi doux que la houle des mers au crépuscule.
Il y a des jours durant lesquels je mange des muesli au petit-déjeuner, durant lesquels je pars courir une heure le long du fleuve, durant lesquels je mange à midi 150 grammes de pâtes avec une cuillère d’huile d’olive dans laquelle je remue un mélange d’épices fait maison (graines de sésame, thym, persil, ail, origan, piment, sel de céleri, poivre), une tranche de jambon et un peu de parmesan affiné 30 mois minimum, durant lesquels je colorie des mandalas, durant lesquels je regarde une série ou un film tout en faisant des abdos-fessiers, durant lesquels je mange des petits pois au dîner puis prends un bain chaud, durant lesquels je sors ma chienne quatre fois et joue avec elle et cours avec elle et sautille avec elle, et je suis triste, durant ces jours-là je suis triste, du matin au soir sans interruption, et quelques secondes avant de m’endormir je me dis, faites que je ne me réveille pas, faites que l’océan des rêves m’emportent et ne me fassent plus échouer nulle part, sur aucune île ni aucun continent, faites que je n’ai plus jamais pied et que je flotte seule au milieu du vide pour l’éternité.

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.