CIément / fragment 21

Liste des personnes vues aujourd’hui

Une femme brune d’une cinquantaine d’années, le visage rappelant celui d’une grenouille.
Ma mère.
Mon beau-père.
Une jeune fille d’une quinzaine d’années, à la charpente paysanne et au teint paysan, comme toutes les filles d’une quinzaine d’années ici à trente kilomètres à la ronde.
Son frère, environ du même âge, mince, effacé.
Leur mère, sans intérêt.
Un homme à moustache et à la coupe de cheveux militaire.
Une jeune mère charmante et ses enfants, une fillette d’une huitaine d’années et un bébé en poussette.
Une vieille dame aux cheveux blancs bouclés.
Un couple de vieilles personnes : la femme, cheveux blancs et courts, se plaint d’une odeur de cigarettes. L’homme explique que c’est pas compliqué d’arrêter de fumer, que lui fumait quatre ou cinq paquets quotidiennement et s’est arrêté net du jour au lendemain sans problème. Plus tard je fais le calcul et j’arrive au résultat d’une cigarette fumée toutes les quinze minutes environ.
Une petite dame corpulente aux yeux globuleux.
Une vieille dame avec un nom de famille très mignon.
Une vieille dame que j’ai déjà vue plusieurs fois et que j’étais très heureuse de voir apparaître sur le carnet de rendez-vous aujourd’hui.
Une femme d’une cinquantaine d’années, brune, coupe au carré, lunettes.
Un homme d’une soixantaine d’années, en bonne forme physique, la peau argile.
Un homme d’une soixantaine d’années, en débardeur gris, la peau argile.
Un vieil homme à moitié sourd et au regard très et trop insistant, comme beaucoup de vieilles personnes dont le regard semble perpétuellement s’ennuyer.
Un vieil homme dont le physique me fait penser à Don Quichotte, ou plus exactement me fait penser à Jean Rochefort dans les rares images que l’on connaît de lui dans le film (temporairement) avorté de Terry Gilliam, L’homme qui tua Don Quichotte (il me semble utile de préciser que je n’ai ni lu ni vu l’un ou l’autre). Le vieil homme est accompagné de son fils, qui lui ne ressemble pas du tout à Don Quichotte.
Une femme d’une cinquantaine d’années, toute ronde, brune.
Un vieil homme de quatre-vingt dix ans qui se vante d’en paraître dix de moins, ce qui me semble envisageable, mais je n’ose pas lui dire que cela ne fait aucune différence et que la vantardise est un vilain défaut.
Une vieille dame aux cheveux blancs très fins, quasi invisibles (ce qu’ils sont en réalité, pris et observés individuellement).
Un père et son fils mentalement retardé et doté d’un mono-sourcil.
Une femme d’une cinquantaine d’années, brune en robe rouge, couguar.
Une petite famille, mère, père et fille (lesbienne selon moi, environ seize ans).
Une mère en costume traditionnel africain et ses trois enfants, un fils et une fille d’une septaine d’années ainsi qu’un bébé en poussette.
Un homme d’une cinquantaine d’années, mince, de type coureur de semi-marathon, semi-chauve (forme abbatiale).
Un jeune d’une vingtaine d’années, le menton très autoritaire et un profil aquilin, le tout genre joueur de rugby.
Un couple d’une soixantaine d’années, l’homme rougeaud et transpirant, la femme aux cheveux rouges décolorés.
Les pieds des gens dans le supermarché.
La caissière du supermarché, prénommée Camille, selon son badge, aux yeux globuleux, à la peau extrêmement pâle et un sourire toujours collé au visage, un sourire qui semble sincère.

Fragment suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.