CIément / fragment 36

J’ai croisé le sosie de la fille de la vidéo Learning to deepthroat, la fille aux yeux noirs démons et rouges insomnies.
J’étais au bord d’une plage dans les Landes, aux pieds des pinèdes et sous l’ombre incertaine d’un pin, lorsqu’elle apparut sur les eaux, d’abord comme une tache noire, ensuite comme une brûlure sur un polaroid, une brûlure en forme de vagin ou en forme d’œil de Sauron, mais sur mes yeux. Cette forme s’explique ainsi : j’étais au bord d’une plage, oui, dans les Landes, oui, mais pas exactement au bord de l’océan, que j’avais quitté quelques heures plus tôt pour un lac beaucoup moins fréquenté, aux eaux douces et chaudes et dans lesquelles il fallait marcher plusieurs centaines de mètres avant de perdre pied. Ainsi, le sosie de la fille de la vidéo se baladait là en marchant, buste vaginamorphe et solarisé, buste dans un maillot une pièce orange saumon ou rouge saumon ou rose saumon, accompagnée de sa copine de vacances, visiblement plus jeune qu’elle, en maillot une pièce elle aussi, petite, informe, mais en partie utile à la suite de l’histoire, à sa mise en contexte et même, à un éventuel dérapage vers une partie à trois (cf Annexes).
Certaines personnes marchaient vraiment très loin comme ça, presque jusqu’au milieu du lac semblait-il, ce qui faisait vaguement penser au film de M. Night Shyamalan avec tous ces gens qui se comportent de manière étrange et se suicident de manière étrange.
De là où je me trouvais, je pouvais voir absolument tout le contour du lac ; seule une petite crique située plus à gauche de ma position échappait à ma vue.
Le lac s’étendait sur un ou deux kilomètres de large pour trois ou quatre de long* et était bordé de pins et de sables et d’épines de pins qui tombaient perpétuellement dans le sable comme des étoiles filantes ou des restes vacillants de Mary Poppins frappée par l’éclair.
La fille de la vidéo et sa copine ont marché jusque vers une autre petite plage près de celle que je m’étais accaparée, et tour à tour, devant des roseaux ou ce qui semblait être des roseaux, elles ont pris la pose tour à tour, l’une prenant les photos de l’autre.
Lorsque la fille de la vidéo a détaché ses cheveux châtains, ils sont tombés au ras de ses épaules et ont encerclé son visage, en un instant y ont dessiné de nouvelles ombres et c’est là que je suis tombée bruyamment amoureuse, aussi prévisible que la lumière de l’éclair l’avait présagé. Je fumais d’un air entendu depuis un moment et je venais de m’étouffer. J’avais bu la lumière de travers et la toux ne voulait cesser. Les deux filles se retournèrent vers moi. De l’autre plage, une dizaine de mètres plus loin, des silhouettes se dressèrent également pour tenter de m’apercevoir. Il fallut de nombreuses minutes pour colmater en moi une si béante fissure, bien qu’en réalité, c’est-à-dire selon la formule Temps = Vitesse de l’Ennui** multipliée par (Âge diminué de Niveau d’études), la scène ne dura pas plus d’une dizaine de secondes.
J’ai souri dans la direction de la fille de la vidéo, un sourire qui voulait dire pardon et bonjour pour le bruit, ou quelque chose comme ça. La fille de la vidéo m’a souri exactement comme je savais qu’était fait son sourire. Cela signifiait : nous sommes faits du même sourire (couteau).
Elle est repartie en marchant dans l’eau, avec sa copine qui marchait dans l’eau elle aussi, jusqu’à une autre plage à peine plus loin de la mienne.

(*Le lac se dénomme en réalité étang et mesure 10km de long pour une superficie de 35,4km². Sa profondeur moyenne est de 7m.)

(**Toujours exprimée en Salaire divisé par Heures de travail quotidienne et redivisée par la Variable de Compréhension jusqu’à atteindre un chiffre entre 0 et 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.