CIément / fragment 42

365 jours de Sel, extraits

15 –
Sel,
J’ai rêvé de toi cette nuit. Il n’y avait personne d’autre que nous. Il n’y avait pas de lieu et j’ignore si nous étions jeunes, si nous étions vieux ou si nous étions exactement exacts à maintenant. Ce n’était pas que j’avais tout oublié au réveil, car je n’avais rien oublié ; dans ma mémoire tout était clair : j’avais passé un siècle avec toi, en toi et en moi, un siècle pour une vie et je me sentais riche de l’indicible, de l’invisible et de l’immortel. Dans toute sa modestie, j’avais compris que l’univers tenait entre quatre lèvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.