Âpnée / fragment 92

des grelots d’argent sont accrochés
sur les plus hautes branches des pommiers en fleurs
et sur les branches à hauteur d’homme
flottent les prières en papier

c’est Waha qui me soulève
pour que j’accroche moi aussi
ma prière en papier sur une branche de
l’arbre de mes aïeux

au pied d’un autre pommier
une autre petite fille
dans les bras de sa Waha
accroche sa prière en papier sur
l’arbre de ses aïeux

les grelots d’argent ressemblent
à une pluie de soleil
comme s’il pleuvait mais
sans une seule goutte d’eau
seulement la douce sensation d’un
flic
floc
au ras de la peau

Waha me repose par terre
attrape ma main et
nous rentrons au village sans dire un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.