Âpnée / fragment 94

et tu ignores même si tu attends
la nuit lorsque tu fumes jusqu’au
souffle au cœur

personne ne t’a dit : demain
et tu comptes les heures d’un sablier renversé

tout le monde dort
mais chez toi le marchand de sable ne passe plus
tu n’as plus rien pour payer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.