Âpnée / fragment 95

viens à moi tendrement
sur des eaux douces de salive
et éteins au creux de mes jambes
l’idiote lumière
de ta main

dérobe ma robe et fuis
que je sois nue à attendre
sur le carrelage froid
samedi soir
paume de main crispée
à toi
samedi prochain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.