Archives de catégorie : Clément (plagiat)

CIément / Prologue

Si je pouvais, je passerais directement au post +1, qui est le fragment durant lequel je fais l’amour avec ***, mais c’est impossible.
(Je pourrais dire « allez, s’il te plaît, baisons ici maintenant », mais je sais que ça ne marche pas comme ça.)
Voici un rapide résumé des 154 fragments qui précédent cette scène :

Dans le premier chapitre, je me masturbe énormément, après quoi je suis obligée de faire une pause de plusieurs jours à cause d’une inflammation.

Dans le deuxième chapitre, je fais semblant de rencontrer Sel pour la première fois. Je fais semblant de tomber amoureuse d’elle pour la première fois et nous faisons l’amour, d’une certaine façon, pour la millième fois environ ; entre temps, mon inflammation a disparu.

Dans le troisième chapitre, j’annonce au lecteur que Clément écrit un roman d’auto-fiction qui porte mon nom ; l’intrigue est simple : le narrateur pompe l’énergie de tous les gens qu’il croise, tue malencontreusement trois personnages, puis disparaît derrière le mot « fin » en bout de texte.

Dans le quatrième chapitre, rien ne se passe. J’écris tout un tas de scènes érotiques et/ou fétichistes pour combler le vide.

Dans le cinquième chapitre, toujours rien ne se passe. J’écris le cinquième chapitre.

Finalement, dans le dernier chapitre, quelqu’un tombe amoureuse de moi. J’ignore son nom. J’ignore si oui ou non elle fait partie des personnages du roman, mais c’est ce qui arrive, juste avant le mot « fin » en bout de texte, quelqu’un tombe amoureuse de moi.

Fragment suivant

CIément

(roman en cours d’écriture)

Table

Prologue
Chapitre 1

Note 1

Le roman qui suit n’est ni une fan-fiction, ni un pastiche, ni un hommage. Reprenant assez précisément la structure, les événements, les idées, et parfois plusieurs paragraphes entiers du roman intitulé Clément et publié par fragments sur ce même forum du 20 novembre 2014 au 21 novembre 2016 (?), il faudrait à mon humble avis classer ce texte dans la catégorie « plagiat », si celle-ci existait…
à bon entendeur.

A propos des droits d’auteur

Je tiens à préciser qu’avant d’entreprendre mon projet, j’ai tenté à de nombreuses reprises et par divers moyens de joindre l’auteur de l’œuvre plagiée, Monsieur Julien, alias Pandémonium, mais toutes mes tentatives sont restées lettres mortes.
En outre, renonçant à vendre ce texte dans un avenir proche – je le dépose ici comme dans une décharge, vous le trouvez entre deux rats morts lors d’une balade le dimanche – aucune plainte déposée à mon encontre ne sera retenue par aucun tribunal, donc il est inutile d’essayer.

A propos des personnages

Maya se prénomme désormais Neige, et que cela ne soit pas un prénom est tragiquement volontaire, car Neige (Maya) n’apparaît à aucun moment dans cette histoire. En outre, à plus ou moins long terme (peut-être dans le chapitre 4, qui devrait correspondre à l’hiver), ce prénom redevient un nom commun sans majuscule.

Charlie est encore magicienne et danse-clodos. Elle porte le même nom mais sa peau est un peu différente, des zébrures blanches la parcourent et je crois que ce sont des nuages.

Anaïs a été recyclée et une partie de son corps a permis à de nombreux clodos de survivre à la démocratie. Ce qu’il reste d’elle erre encore ça et là, sous diverses formes, essentiellement composées de plastique de pétrole.

Clément n’a pas changé de nom, en revanche, sa triple face a effectué une rotation à 120° sur la gauche. Problème : les ombres n’ont pas suivi, et Clément porte maintenant sur chacun de ses trois visages une ombre qui n’est plus la sienne, mais celle de 120° dans le temps-arrière. Je et il ne savent plus qu’iel aimons.

Marianne est un nouveau personnage issu de la scission d’Anaïs dans l’espace béni – ce qui concrètement ressemble à une bouteille de vodka qui se fracasse sur le trottoir en blessant tous les équilibristes suivants. Marianne est tout l’inverse d’Anaïs. Ou plus exactement, Marianne est la part d’eau d’Anaïs.

Chloé se prénomme désormais Nana. Elle travaille deux étages plus haut que dans le roman plagié. Elle ignore encore qu’à l’ombre de son ventre, mille enfants tètent.

Alexandre vogue toujours entre ciel et terre et change régulièrement de physiques. Voici une liste non exhaustive de ses apparitions les plus remarquables :
– l’oranger du Mexique / non-mentionné / en arrière-plan lors de l’enterrement de Jean-Croque-Chat / post 25
– la huppe cendrée / non-mentionnée / en arrière-plan lors de l’escapade entre Sel et moi / post 29
– le bonsaï de gingko biloba en style sokan (double-tronc) / non-mentionné / sur la table de la terrasse, lors de la soirée « cannibale et totem » avec Clément et Charlie / post 68

Jean-Croque-Chat conserve son nom jusqu’au chapitre 2, qui est le chapitre où quelqu’un doit mourir. Après quoi il se prénomme Pierre.

Enfin, j’ai décidé de donner un prénom à l’enfant sauvage, cette étrange personnage, voire semi-personnage, qui apparaît sans raison au milieu de l’œuvre plagiée et se confond régulièrement avec les autres protagonistes féminins. Ainsi se prénomme-t-elle Sel, comme l’ingrédient de cuisine qu’on jette sur les plaies pour les nettoyer.

Quant à moi, c’est Juliette. En quelques rares occasions, les personnages prononcent mon nom, par exemple Clément, aux posts 45 et 60, ou encore moi-même, aux posts 17, 63 et 125, à cause d’une tragique erreur de clavier, mais vous ne le lirez guère plus souvent. Inutile de vous y habituer.

Fragment suivant