l'immense chose2

Derrière l’immense chose en forme de radiateur en fonte

 

Disponible sur

« Papa m’aurait raconté l’histoire du pays qui ne mourait pas, la légende du mont Gribou, le conte du fleuve qui était humble car si grand et si petit à la fois, la fleuraison des hirondelles de la Saint Banard, la légende du canal qu’on appelait cicatrice, il aurait récité des poèmes sur la souterraineté méditerranéenne, l’histoire des titans de l’atlantique, les mondes perdus et les mondes oublieux car oubliés, et papa aurait dit, nous vivons dans le plus merveilleux village du monde – et merveilleux je l’aurais répété dans ma tête plusieurs fois, comme une chanson, comme un refrain. »

logo NC_test marion_fini2

Onze nouvelles

…dont Les Crevasses en silence, disponible en lecture libre sur le site.

test couv4

(210 p.)

14.77 euros

Disponible sur

Par Client d’Amazon le 22 août 2016
Une plume sensible et rêveuse, d’une rêverie parfois cruelle mais toujours poétique. Entre déconstruction de la réalité, meurtres rituels et quête d’une autre vérité, les personnages de Julien Le Minous ont la sauvagerie de l’enfance et la lucidité des vieux mythes, perdus dans des paysages inhospitaliers, des souvenirs incertains et une odeur de sucre glace. Le style de l’auteur est comme un filage sophistiqué de matériaux tantôt bruts tantôt exotiques. Il va souvent droit à l’âme, déroute parfois, entraîne toujours.
Un recueil que je recommande particulièrement aux amateurs de légendes, aux chasseurs de rêves parricides, à tous ceux qui sont vivants au royaume des morts.

*

Par Client d’Amazon le 22 octobre 2016

Certaines nouvelles sont parfois difficilement accessibles, d’autres très simples et directement parlantes. Tout est contraste, on a parfois à faire à des personnages aux rêves d’enfants, d’autres fois ce sont des êtres aux cauchemars d’adultes. Ce recueil satisfait tout le monde, tous les styles, une poésie en fond maquillée par forme crue, imagée et parfaitement maîtrisée pour nous faire vivre des moments de joie, et des moments d’une noirceur infinie. Quand on lit Maupassant (je ne compare ni l’un, ni l’autre, disons-le), on reste sans arrêt dans le même univers; ici, on voyage.

*

IMG_1566

IMG_1525

test couv4

citations6citation11

¹ : sont numérotés et personnalisés les exemplaires vendus directement par l’auteur (Etsy, sous-le-manteau, etc)

créatures, littérature, cahiers